Les enseignants du collège Molière à Chennevières mobilisés contre la réforme des collèges

Déclaration préalable et lettre aux parents

{{}}

Déclaration préalable à la réunion du 20 janvier au collège Molière de Chennevières-sur-Marne

Les enseignants du collège Molière se sont réunis en réunion syndicale conjointe SNES et SNFOLC le lundi 18 janvier et souhaitent, à 16 voix sur 22, prononcer une déclaration préalable à la réunion de ce jour.
Ils indiquent qu ?ils s ?opposent fortement, sur le fond, à la réforme du collège, qui n ?apporte pas de véritable innovation pédagogique à leur sens, mais enferme bien au contraire les enseignements dans des structures extrêmement lourdes imposées pour trois ans. Ils ne croient pas aux bienfaits d ?une réforme qui fait perdre concrètement et réellement des heures d ?enseignement aux élèves.
Ils craignent de voir leurs conditions de travail profondément dégradées par des alignements extrêmement pesants et des réunions innombrables. Ils rappellent que leur travail est avant tout fondé sur l ?enseignement disciplinaire, dont le croisement est fécond lorsqu ?il n ?est pas imposé par des horaires arbitraires, mais prend sens au sein d ?une véritable progression adaptée à chaque classe, chaque niveau, chaque enseignant.
Ils s ?inquiètent tout particulièrement de la fragilisation des postes de certains collègues ? dont on souhaite, sous prétexte qu ?ils sont fonctionnaires, qu ?ils appliquent le c ?ur léger une réforme qui signe tout simplement la précarisation évidente de leur situation.
Ils estiment ainsi difficilement pouvoir être les moteurs efficaces de la mise en place d ?une réforme qui n ?a pas de sens réel pour eux.

Les enseignants ont également adressé& une lettre aux parents d’élèves.

Chers parents, Chennevières, le 22 janvier 2016

Nous tenons à vous faire part de notre opposition à la réforme du collège qui doit être mise en place à la rentrée 2016. Elle aura en effet une implication directe sur l ?enseignement que nous pouvions auparavant proposer à vos enfants dans un certain nombre de matières et d ?options :
-  en allemand classe bilangue : la classe bilangue est supprimée pour les futurs 6e. Les élèves qui l ?ont commencée cette année n ?auront, à l ?avenir, que 2h30 d ?enseignement de l ?allemand au lieu des 3h prévues.
-  en allemand classe européenne : l ?option allemand classe européenne est supprimée. Les élèves qui l ?ont commencée en 4e ne pourront pas la poursuivre en 3e.
-  en allemand LV2 : les élèves de 3e n ?auront que 2h d ?enseignement de l ?allemand au lieu de 2h30 sous prétexte qu ?ils sont en effectif réduit.
-  en latin : l ?enseignement dispensé aux élèves de 4e et 3e est diminué d ?un tiers. Ils n ?auront plus que 2 heures de latin au lieu de 3. Les élèves de 5e auront vraisemblablement une heure de latin par semaine pendant les deux derniers trimestres au lieu de deux heures annuelles les années précédentes.
-  En recherche et documentation : les heures dédiées aux élèves de 6e pour se familiariser avec le CDI du collège sont supprimées.
-  En découverte professionnelle : l ?option DP3 (Découverte professionnelle 3h) est supprimée. Elle était jusqu ?ici proposée aux élèves de 3e s ?interrogeant sur leur avenir professionnel.

L ?échange scolaire franco-allemand, instauré dans notre établissement depuis plus de vingt ans, est fortement remis en cause par la fragilisation de l ?allemand. 22h d ?allemand étaient dispensées cette année au collège. Il n ?y en aura plus que 9h30 l ?année prochaine. Mme Charansol, sans doute contrainte de compléter son service sur plusieurs collèges, rencontrera des difficultés évidentes pour mener à bien ce type de projet.

Des heures d ?enseignement précis ne sont plus toujours attribuées spécifiquement à certaines disciplines. La technologie, la SVT et les sciences physiques doivent se répartir localement 4h d ?enseignement en 6e. Le choix que fera notre établissement ne sera donc pas le même que celui d ?autres collèges : les élèves qui déménageront au cours de leur scolarité n ?auront pas acquis les mêmes notions que les élèves de leur nouvel établissement. Tout un volant d ?heures disparaît en technologie. Les élèves de 3e en auront une demi-heure en moins par semaine.

Sous couvert d ?égalitarisme, les marges de man ?uvre que nous aurons seront désormais extrêmement réduites. Certes, certaines classes ou certains niveaux pourront bénéficier de dédoublements en petits groupes en ²fonction de projets (EPI ou AP) mais les élèves n ?assisteront qu ?à 26 heures maximum de cours par semaine. La réforme interdit que l ?on apporte de l ?aide ou des options inscrits dans l ?emploi du temps (hormis les deux heures de latin) en plus à qui que ce soit, contrairement à ce qui se faisait jusqu ?à présent. Les élèves de 6e bénéficiaient ainsi cette année, grâce à un choix d ?établissement, de 6h de Français (5h et une heure d ?accompagnement personnalisé) : ils en auront 4h30 l ?année prochaine.

Le financement de l ?accompagnement éducatif, qui permettait auparavant de proposer de l ?aide aux devoirs ou des ateliers extra-scolaires est menacé.

Les programmes changent d ?un seul coup pour les quatre niveaux, alors qu ?habituellement, les changements de programmes s ?étalent sur quatre ans. Nous n ?aurons vraisemblablement pas les financements nécessaires pour acheter dans toutes les matières et à tous les niveaux les manuels dont nous avons besoin pour élaborer nos cours.
Certains de nos inspecteurs nous ont par ailleurs annoncé que nous ne bénéficierons pas de la formation complète et indispensable qui nous avait été annoncée au début de l ?année.

Derrières les avancées pédagogiques mises en avant ? et qui n ?auraient de sens qu ?accompagnées d ?une réflexion en profondeur et d ?une formation digne de ce nom ?, nous percevons ici une véritable fermeture des possibles, une indifférence aux singularités des élèves, une diminution des moyens accordés, un mépris du diagnostic des enseignants et une précipitation aussi nuisible qu ?incompréhensible.

C ?est pourquoi, nous nous porterons en grève le mardi 26 janvier. Nous espérons que cette grève sera suivie et que Mme la Ministre prendra en compte notre inquiétude afin de revenir sur certains points qui nous semblent cruciaux. Nous vous invitons, de votre côté, et si vous le souhaitez, à contacter l ?inspection académique afin de plaider la cause de l ?allemand notamment. Certains établissements ont pu obtenir l ?ouverture de classes bilangues en 6e. Nous aimerions qu ?il en soit de même pour le nôtre. Votre présence à nos côtés nous est indispensable.

Bien cordialement, Les professeurs grévistes du collège Molière avec les sections SNES et SNFOLC

Imprimer l'articleImprimer télécharger l'article en pdfPDF FLux RSSRSS Envoyer l'article par mail  
plan | nous contacter | permanences téléphoniques | légal | (x)html validcreation site internet Paris: AL, graphiste developpeur freelance
SNES Créteil - 3 rue de Gouyon du Verger - 94112 Arcueil cedex - tel : 01.41.24.80.54 / fax : 01.41.24.80.61