Education prioritaire, la Seine-et-Marne en colère

L’administration reste aveugle et sourde à une mobilisation sans précédent de collèges et d’écoles qui viennent d’être brutalement déclassés de l’éducation prioritaire, sans raison valable. Le ministère ne semble pas prendre la mesure de la trahison ressentie par les personnels et les parents de ces territoires où l’éducation a plus que jamais besoin de rester prioritaire.

Le mépris des personnels et des syndicats

Annoncée sans la moindre concertation le 24 novembre, la liste des Réseaux d’éducation prioritaire comporte 9 établissements de moins en Seine-et-Marne. 1 entrée pour 10 suppressions.
Le flou quant aux critères retenus pour garder ou déclasser ces établissements, laisse perplexe. Pire, la Dasen77 explique que si l’on fait rentrer un établissement dans la liste, il faut en faire sortir un autre : le caractère interchangeable de ces collèges confirme l’arbitraire qui a présidé à ces décisions, et le mépris envers les besoins réels des établissements.
D’abord présentée comme provisoire aux élus locaux et syndicaux, cette liste est assénée comme définitive aux personnels reçus en audience...
Il faut d’ailleurs préciser les conditions déplorables de ces audiences.
Les personnels des différents établissements souhaitaient être reçus collectivement, car partageant des problématiques communes : refus de l’administration.
Les personnels, comme c’est leur droit, ont demandé à être accompagnés par un représentant syndical : refus. Un délégué, prévenu au dernier moment et mis devant le fait accompli, s’est fait barrer la route physiquement et repoussé : belle image de la transparence et du dialogue social !
Le lendemain, c’est une parent d’élève qui s’est vue refusée l’accès à la cité administrative alors qu’elle faisait partie de la délégation.
Evidemment, aucune avancée n’a été proposée lors de ces rencontres sans témoin entre personnels et supérieurs hiérarchiques. De la langue de bois, des promesses, mais sans engagements, et du double discours. A certains l’on annonce que les écoles primaires seront radiées automatiquement, et à d’autres l’on ne répond pas. Le mépris règne.

Une très forte mobilisation

Les collègues de ces collèges en difficulté ne sont pourtant pas des habitués des mobilisations et contestations.
Mais face à cette situation injuste pour eux et leurs élèves, des grèves massives, des opérations école et collège mort, des manifestations se sont multipliées aux quatre coins du département : voir notre article
La mobilisation se poursuit :
Mercredi 3 décembre, entre 300 et 400 personnes, personnels, parents, élus, étaient à Melun. vidéo ici
Melun
Jeudi 4 décembre grèves des écoles et collèges du sud et du nord.
Samedi 6 décembre manifestations à Chelles, et Souppes-sur-Loing.
SNES Créteil
SNES Créteil

C’est pourquoi, face à l’inertie coupable de cette administration qui prétend avoir pour priorité l’école et le dialogue social, ce mardi 9 décembre, à l’appel du SNES-FSU de Créteil, Paris et Versailles, les Seine-et-Marnais viendront manifester au ministère à 11h métro Sèvres-Babylone.

Imprimer l'articleImprimer télécharger l'article en pdfPDF FLux RSSRSS Envoyer l'article par mailenvoyer l'article par mail envoyer  
plan | nous contacter | permanences téléphoniques | légal | (x)html validcreation site internet Paris: AL, graphiste developpeur freelance
SNES Créteil - 3 rue de Gouyon du Verger - 94112 Arcueil cedex - tel : 01.41.24.80.54 / fax : 01.41.24.80.61