Injures sur twitter : elles se multiplient et l’institution soutient à peine les personnels

" Sale pute, va te faire enculer, nique ta mère, je te chie dessus, salaud, bâtard, bougnoule, je vais te casser la gueule, pédale, va te faire sucer, sale handicapé ..."
Comment nos collègues ne peuvent-il pas se sentir atteints par de telles attaques diffusées publiquement sur les réseaux sociaux ?

Le SNES déplore le manque de considération fait par l’institution pour soutenir pleinement les collègues agressés par des injures publiques dans l’exercice de leurs fonctions. Cela nuit à leur image, leur réputation et crée une incontestable souffrance au travail.
En plus des injures, le fait de ne pas être pleinement reconnu comme victime au sein de leur établissement fragilise encore plus les collègues.

Au lycée Charles le Chauve de Roissy en Brie :

Des propos diffamatoires, injurieux et orduriers ont été tenus sur twitter par des élèves du lycée Charles le Chauve (Roissy-en-Brie) à l’encontre d’enseignants. La lecture et la consultation de ces twitts sont entièrement libres, ne nécessitant ni inscription ni mot de passe.

La direction a réagi par des mesures conservatoires et des blâmes, sanctions que les enseignants réunis en heures syndicales ont jugé insuffisantes.

40 à 50 enseignants ont débrayé 2 h mardi 4 juin car ils souhaitaient la convocation de conseils de discipline pour ces faits. Malgré une nouvelle rencontre avec la direction du lycée, cette dernière est restée sur sa position et a refusé de réunir des conseils de discipline.

Les enseignants et le SNES Créteil expriment tout leur soutien aux collègues victimes de ces attaques.

Collège la Varenne sur Seine :
Les collègues ont dû insister et multiplier les rencontres avec le chef d’établissement, pour obtenir que les fautifs soient sanctionnés par 8 jours d’exclusion.

Lycée Descartes à Champs :
Ce n’est qu’après des mobilisations des personnels qu’un conseil de discipline aboutissant à l’exclusion définitive d’un élève a pu se tenir.

Lycée MLK à Bussy St Georges :
Ce n’est qu’un mois après la découverte des insultes que 2 élèves ont été exclus 3 jours et une autre à l’issue d’un conseil de discipline, 7 jours.
Une information et un rappel à la loi en direction des classes a été fait ensuite par la direction en seconde et par les PP dans les autres classes.

Lycée de Mitry Mory :
suites à des insultes, 3 conseils de disciplines dont 2 avec exclusion définitive
puis des exclusions de 3 jours

Le SNES regrette le manque de cadrage académique et le fait que l’institution via le rectorat et les chefs d’établissement n’exercent pas pleinement le soutien qu’ils doivent aux collègues :

Nous demandons :

  • un soutien immédiat de la direction des établissement aux collègues insultés (rappelons qu’il a été reproché à certains d’avoir consulté twitter)
  • un soutien par courrier ou a minima par une déclaration en salle des professeurs à l’ensemble de la communauté éducative qui se sent agressée dans son ensemble
  • une convocation immédiate des parents
  • une communication rapide avec rappel à la loi à l’ensemble des élèves
  • une exclusion par mesure conservatoire des élèves fautifs au moins des cours des professeurs victimes avant qu’une sanction soit prononcée
  • que la direction des établissement accompagne les victimes pour porter plainte et porte elle-même plainte pour dégradation de l’image de l’établissement
  • que la direction informe les professeurs insultés de leurs droits (lettre de protection des fonctionnaires (voir PJ), délais pour agir, diffusion des coordonnées du service juridique du rectorat)
  • que le courrier demandant la protection juridique du recteur soit envoyé dans les temps, au bon endroit afin que la réponse n’arrive pas hors délai comme cela a pu être le cas (3 mois après la diffusion des insultes et non leur découverte)
  • des sanctions avec conseil de discipline pour les cas importants

titre documents joints

Imprimer l'articleImprimer télécharger l'article en pdfPDF FLux RSSRSS Envoyer l'article par mailenvoyer l'article par mail envoyer  
plan | nous contacter | permanences téléphoniques | légal | (x)html validcreation site internet Paris: AL, graphiste developpeur freelance
SNES Créteil - 3 rue de Gouyon du Verger - 94112 Arcueil cedex - tel : 01.41.24.80.54 / fax : 01.41.24.80.61